Logement étudiant : déjouez les pièges et arnaques

29 mai 15

Par Charles Rossignol, fondateur de Log-etudiant.com
Publié sur Le Parisien-Etudiant.fr
Contact médias - Carol Galivel - 01 41 05 02 02

Vous cherchez un logement étudiant à louer : attention aux arnaques qui sont légion, notamment dans la capitale.
Listes « bidon », colocation qui finit en procès, clauses abusives telles que l’obligation de durée minimale d’occupation, dépôts de garantie exorbitants en sus de loyers payables d’avance, modification possible de « services » en cours de bail… Check-list des pièges à éviter.
 
Marchands de listes d'annonces
 
Grand classique des arnaques, les listes payantes de biens à louer sont souvent inutiles : coordonnées inexactes, obsolètes, appartements déjà loués, sinon insalubres, clauses abusives, etc 
Et pour cause ! Aucun contrat ne lie les propriétaires aux « marchands de liste » qui, de fait font ce qu’ils veulent au détriment de proies faciles : les étudiants. 
La profession « n’assure pas de visite des lieux, ni aucune contractualisation », rappelle une brochure de la DGCCRF, qui invite à signaler les cas d’abus d’offres indisponibles. Quid des autres abus ?
Trop beau pour être vrai … déjouez les marchands de sommeil et autres arnaques internet.
 
Annonces trop alléchantes...
 
Attention aux annonces un peu trop alléchantes de location émise par les « scammeurs », ces escrocs qui utilisent le web pour contacter des victimes confiantes ou dans le besoin. Méfiez-vous de demandes qui vous proposent un rendez-vous et, toujours sous de bonnes raison (absence, déplacement, urgence, …) vous demandent d’envoyer un mandat cash ou un paiement pseudo sécurisé. Ne payez jamais rien avant de visiter quelque logement que ce soit !
 
Frais annexes en plus
 
Les frais d’état des lieux à la charge du locataire ne peuvent pas dépasser 3 € / m2. De même, les frais de dossier et de rédaction de bail – les seuls autres possibles - ne peuvent excéder 12 € / m2 de surface habitable. Des garanties appréciables, si l’on considère les abus de propriétaires indélicats et des marchands de sommeil.
Soyez vigilant face aux clauses qui figurent sur votre bail. Certains profitent de la situation pour inclure des clauses injustifiées : frais d'état des lieux, frais de contrat, … Ne laissez pas un propriétaire rédiger un bail directement au nom du garant, généralement un des parents d’un étudiant car si propriétaire est de mauvaise foi, il pourrait arguer d’une situation de sous-location, prohibée au bail. Et de plus, n’étant pas le titulaire du bail, l’étudiant locataire n’a aucun droit aux aides au logement. Les charges, régularisables une fois par an, et autres services exigibles en contrepartie ne peuvent être modifiés au bon vouloir d’un bailleur.
 
La colocation et la clause de solidarité
 
Quant à la colocation, alléchante dans son principe, en cas de loyer et de caution solidaires, le plus solvable doit payer pour les autres… Soyez vigilant !
Notez que vous êtes toujours libre de partir d’un logement, quel qu’il soit, avec un préavis maximum de trois mois.
plan du site mentions légales haut de la page