CP SFL - EURO

Euro 2016 : tout le monde fait la ola au travail

28 juin 16

Relations presse immobilier
Contact médias : Carol Galivel - 01 41 05 02 02

Quel sujet met tout le monde d’accord au bureau ? Le sport et donc l’Euro 2016, bien sûr. Selon l’étude Paris WorkPlace SFL/Ifop, 75 % des salariés franciliens déclarent parler de sport avec leurs collègues de bureau. Parmi eux, 46 % disent même en discuter « régulièrement ».

Quel sujet met tout le monde d’accord au bureau ? Le sport et donc l’Euro 2016, bien sûr. Il suscite  des  conversations,  favorise  des  pauses  devant  les  écrans,  inspire  des  paris  entre  collègues…  Autant de respirations propices à faire naître la convivialité.

Selon  l’étude  Paris  WorkPlace  SFL/Ifop,  75  %  des  salariés  franciliens  déclarent  parler  de  sport  avec leurs collègues de bureau. Parmi eux, 46 % disent même en discuter « régulièrement ».

Ce n’est pas un monopole de « mecs », ou de nouvelles générations : 70% des femmes se disent concernées, ce qui n’est pas éloigné des hommes : 80%. De même, 79% des jeunes vibrent aux matches sur le lieu de travail. Le chiffre est assez comparable à celui des plus de cinquante ans : 73%.   

Les bienfaits sur le climat social sont patents. 94% des salariés qui parlent « très souvent » de sport  au  bureau  trouvent  que  l’ambiance  entre  collègues  est  bonne.  C’est  17  points  de  plus  que  chez  les personnes qui n’abordent jamais ces sujets.

De  même,  preuve  d’un  lien  renforcé  entre  les  collaborateurs,  un  salarié  sur  cinq  prévoit  de  regarder  des matchs de l’Euro avec des collègues, en dehors des heures de travail : le soir et même le week-end. 

Au travail, 29 % des salariés confessent regarder ponctuellement des compétitions sportives pendant les heures de bureau. Qu’elles soient suivies devant un écran d’ordinateur ou de télévision (le choix de 36 % des hommes et de 23% des femmes), peu importe. En tout cas, il n’est pas question de renoncer à ce rituel collectif, même quand les espaces de travail sont agencés en « open space » puisque 30 % des salariés en bureaux ouverts regardent des matchs pendant les heures de travail.

Autre illustration de la convivialité renforcée, un salarié sur 6 se prête au jeu des pronostics au travail ; une tendance plus marquée chez les jeunes qui seront 22 % à participer à des paris entre collègues.
Ainsi, avant même le résultat de la finale, il est clair que l’ambiance au travail est d’ores et déjà la grande gagnante de l’Euro 2016.  

A propos du baromètre Paris Workplace SFL/Ifop

Le baromètre Paris Workplace SFL/Ifop étudie chaque année les attentes et les pratiques des salariés franciliens (Paris et première couronne) en matière de lieu de travail. Pour la 3ème édition, 3 000 salariés ont été interrogés à travers 90 questions pour organiser un match entre Paris et Londres.

•  Autre  manifestation  des  différences  culturelles,  le  niveau  d’acceptation  de  l’open  space  :  80 %  des  Londoniens  en  open  space  se  disent  satisfaits  de  leurs  bureaux,  contre  seulement  54 %  des Parisiens. A contrario, les Parisiens travaillant dans des bureaux fermés (individuels ou partagés) sont 82 % à se dire satisfaits de leur bureau.

•  Il  faut  dire  qu’à  Londres,  l’open  space  est  entré  dans  les  mœurs  :  58 %  des  Londoniens  occupent  des  bureaux  ouverts,  contre  43 %  à  Paris.  Les  Londoniens  sont  aussi  trois  fois  plus  nombreux  que les Parisiens à ne pas avoir de poste de travail attitré (10 % vs 3 %). À Paris les salariés occupent donc majoritairement des bureaux fermés, à hauteur de 54 % (contre 32 % à Londres).

plan du site mentions légales haut de la page