Fichier joint

Emissions de CO², consommation et origine des voitures : Temps forts de cette édition 2016

10 oct. 16

Relations presse Immobilier
Contact médias : Carol Galivel - 01 41 05 02 02

Après les voitures électriques, la cybersécurité des véhicules connectés et les routes intelligentes, Bureau Veritas revient sur deux autres thèmes majeurs du Mondial de l’Automobile, qui s’est ouvert ce week-end à Paris et durera jusqu’au 16 octobre.

Dossier spécial Mondial de l’Automobile 

 

Emissions de CO², consommation et origine des voitures :
Temps forts de cette édition 2016

Après les voitures électriques, la cybersécurité des véhicules connectés et les routes intelligentes, Bureau Veritas revient sur deux autres thèmes majeurs du Mondial de l’Automobile, qui s’est ouvert ce week-end à Paris et durera jusqu’au 16 octobre.

Émissions de CO2 et consommation : les coulisses des tests ultra-sécurisés de PSA

Depuis le “Diesel Gate”, la perte de confiance a été générale dans les indicateurs réglementaires : émissions de CO2, émissions de polluants (oxyde d’azote, particules…) et consommation de carburant. La faute, en partie, à des tests réalisés sur bancs d’essai avec des protocoles d’essais anciens, et pas en conditions réelles. De nouvelles normes et de nouveaux protocoles ont été édictés, mais risquent de ne pas être opérationnels avant 2020, le temps que la Commission européenne, le Parlement, les Etats-membres, etc. se mettent d’accord…

Pour arriver rapidement à davantage de transparence, le groupe PSA a décidé de créer son propre protocole d’essai, avec Bureau Veritas et 2 ONG (Transport & Environment, France Nature Environnement). « Nous avons mis 7 mois pour monter ce protocole et fournir les premières données, c’est très rapide. Dans l’industrie, un nouveau standard met parfois plus de 5 ans à être décidé et mis en œuvre » explique-t-on chez Bureau Veritas.

 

PSA a d’abord appliqué ce protocole à la mesure de la consommation réelle de ses véhicules, dont lesrésultats ont été publiés en juillet pour 30 de ses modèles Peugeot, Citroën et DS. Il l’utilisera ensuite pour mesurer les émissions de polluants (oxydes d’azote) de ses véhicules, d’ici fin 2017.

 

PSA publie aujourd’hui le protocole d’essai lui-même en intégralité, pour que tous les constructeurs puissent l’utiliser. Un protocole d’essai fiable, basé sur une démarche scientifique robuste, mais surtout ultra-sécurisé. Bureau Veritas, qui a participé à sa mise au point et est chargé de son contrôle, vous en dévoile les coulisses :

-          Sélection aléatoire des véhicules chez des loueurs de voiture

-          Pose de scellés sur les pneus, le capot, etc.

-          Véhicule surveillé pendant la préparation et les essais

-          Itinéraire d’essai sur de vraies routes, avec une répartition précise entre ville et autoroute, même par intempéries modérées

-          Style de conduite du conducteur proche du client moyen PSA, calculé par des milliers de données statistiques

-          Double-vérification des mesures…

 

>> Les coulisses complètes des tests PSA, mis au point avec et contrôlés par Bureau Veritas

 

Bureau Veritas garant du label « Origine France Garantie » pour les voitures

Le label « Origine France Garantie » a été lancé en 2011 par l’association Pro France. Il permet aux Français d’avoir une garantie quant à la provenance des produits qu’ils achètent, notamment les voitures. Même si le prix, la qualité et le design sont des critères importants au moment de l’achat, de plus en plus de consommateurs sont attachés à l’origine des produits.

Bureau Veritas fait partie des entreprises qui certifient qu’un modèle de véhicule peut obtenir ce label. Pour l’obtenir, les entreprises doivent répondre à un cahier des charges très strict. Premier critère : au moins 50% du prix de revient de fabrication du produit doit être français. Deuxième critère : que le produit prenne ses caractéristiques essentielles en France. Pour une voiture, cela implique par exemple d’effectuer sur place des opérations d’assemblage centrales (moteur, transmission…).

La comptabilité analytique et les factures sont épluchées, les sites de production audités, l’origine de chaque composant étudiée à la loupe. Et en cas de doute sur la provenance d’un élément (attestation manquante etc.), ce dernier n’est, par précaution, pas compté dans la colonne tricolore.  «Nous vérifions également que les coûts de main d’œuvre indiqués sont cohérents par rapport à la production réelle», précise Bureau Veritas. Une fois labellisées, les gammes de produits sont vérifiées chaque année lors d’un audit de suivi afin de prouver qu’elles remplissent toujours les critères requis.  

Malgré ce cahier des charges très strict et une procédure plutôt longue et compliquée, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à entreprendre cette démarche. PSA a ainsi fait labelliser 16 véhicules (ex : Peugeot 308, Citroën C5, DS4, Peugeot 208 GTI, SpaceTourer, etc.).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est sûrement pour les constructeurs étrangers que le label fait le plus de différence. «Sans cette appellation, certains consommateurs ne se douteraient pas que nous produisons plusieurs de nos gammes en France», explique-t-on chez Toyota. Pas moins de 3 millions de Yaris sont sorties des chaines de Valenciennes, toutes motorisations confondues (hybride, essence, diesel) : c’est le modèle Toyota le plus vendu en France et en Europe.

Comme quoi, produire français ne se limite pas aux entreprises françaises.

>> Les explications complètes de Bureau Veritas sur la certification Origine France Garantie

plan du site mentions légales haut de la page