Communiqué de presse - Knight Frank - Wealth Report

Immobilier : La population des « super riches » va augmenter de 50%

11 mar. 13
Londres et New-York demeurent les deux villes de prédilection des particuliers très riches, que ce soit pour y vivre ou pour y investir. C’est l’enseignement de la septième édition du « Wealth Report » publié chaque année par Knight Frank.

Londres et New-York demeurent les deux villes de prédilection des particuliers très riches, que ce soit pour y vivre ou pour y investir. C’est l’enseignement de la septième édition du « Wealth Report » publié chaque année par Knight Frank. L’enquête souligne aussi le bond de valorisation des biens de luxe dans les capitales asiatiques.

 

Les faits saillants

  • Les particuliers sont considérés comme des HNWI (High-Net-Worth Individuals), autrement dit comme des « super riches », lorsque leur patrimoine total dépasse le seuil des 30 millions de dollars. Le nombre de ces personnes a progressé de 5% l’an dernier, augmentant cette population de 8 700 nouveaux membres.
  • Ce chiffre est appelé à augmenter à nouveau de 50% dans les dix années à venir.
  • Sur la période, la plus forte création de richesse se produira en Asie et en Amérique latine.
  • Londres et New-York resteront en 2013 les destinations préférées des « super riches », de l’avis des conseillers en gestion de patrimoine interrogés par Knight Frank. Les 15 000 clients de ces professionnels en placements totalisent une fortune évaluée à plus de 1 000 milliards de dollars.
  • L’étude analyse aussi l’évolution de la valeur des biens de luxe dans plus de 80 villes. Le record des hausses est observé à Djakarta et à Bali (+38 et +20%).
  • Monaco conserve sa place en tête du classement des villes résidentielles les plus chères du monde. Le prix du mètre carré pour une maison de luxe oscille entre 5 350 et 5 920 dollars. (entre 43 400 et 48 000 €).
  • Parmi les produits de luxe, la palme de la progression sur les dix dernières années revient aux  voitures de collection (+395%), qui devancent le vin et l’art. C’est ce qui ressort du « Luxury Investment Index » également réalisé par Knight Frank.

 

 

Selon la septième édition du Wealth report, 8 700 personnes supplémentaires sont entrées dans le club des « super riches » en 2012. La richesse totale de ces particuliers a augmenté de 566 milliards de dollars pour atteindre les 26 000 milliards de dollars. La progression sur un an est de 2%, selon le cabinet Wealth X qui a réalisé l’étude en exclusivité pour Knight Frank. Au cours des dix prochaines années, 95 000 personnes supplémentaires devraient atteindre un patrimoine dépassant les 30 millions de dollars de biens. L’Asie et l’Amérique Latine connaitront la plus forte hausse du nombre de personnes très riches, l’Amérique du Nord gardera toutefois sa place de tête, probablement jusqu’en 2022.

 

Selon Liam Bailey, Directeur Recherche Immobilier Résidentiel de Knight Frank, : « La plus grande concentration de richesse est actuellement située dans les zones bien établies d’Amérique du Nord et d‘Europe. Cependant, une forte croissance est à prévoir en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. La prochaine décennie connaitra une importante augmentation des HNWI dans des villes comme Sao Paolo, Pékin et Mumbai. »

 

« Selon une étude menée auprès de conseillers en patrimoine sur les préférences de leurs clients, Londres et New York restent les villes citées en premier. Il en sera de même dans dix ans. Cependant, les mégalopoles asiatiques auront gagné quelques places dans le classement. »

 

L’influence grandissante de l’Asie est manifeste. Elle apparaît clairement dans le « Prime International Residential Index » (PIRI), où sont recensés les prix des résidences de luxes dans les 80 villes les plus chères du monde. Les records de flambée des prix sont atteints à Jakarta et à Bali, avec des hausses respectives de 38 et 20%, sous l’effet d’une montée en puissance de classes moyennes aisées en Indonésie.

 

En Chine, à Guangzhou et à Shanghai, les valorisations de l’immobilier résidentiel de luxe ont bondi  en dépit des efforts du gouvernement pour freiner la hausse des prix. L’afflux sur Hong Kong de capitaux en provenance de Chine a provoqué une hausse des prix de l’immobilier de 8,7% en 2012.

 

« La capacité à créer de la richesse ne semble pas enrayée par le ralentissement de l’économie, la demande des investisseurs en propriétés de luxe ne se tarit pas non plus », observe Liam Bailey, qui poursuit : « leurs valeurs ne semblent pas vouées à diminuer puisque les HNWI cherchent toujours à investir dans des biens tangibles, comme par exemple des propriétés de luxe dans les villes les plus influentes du monde. Toutefois, les résultats de l’étude montrent que l’intérêt pour des investissements plus risqués revient, rouvrant les portes à des marchés immobiliers longtemps restés moribonds. »

 

Les « ultra-riches », particulièrement les chinois, semblent prêts à se tourner vers des « investissements passion » comme le vin, l’art, les voitures de collections, etc. Le « Luxury Investment Index » de Knight Frank met en particulier l’accent sur la forte revalorisation des voitures de collections au cours des dix dernières années avec un bond de 395%.

 

2012 a aussi marqué le regain d’intérêt des ultra-riches pour des œuvres philanthropiques. Le phénomène est particulièrement observé en Asie et en Russie qui connaissent la plus forte progression de cette forme d’utilisation de sa richesse. 

 

 

Télécharger le Wealth Report 2013 : www.knightfrank.com/wealthreport


Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page