Communiqué de presse - CAFPI - Simulations

Immobilier: Pourquoi orienter les primo accédant sur un taux révisable ? Cafpi propose 1,84 % capé 2

23 avr. 13
Pourquoi souscrire un prêt à taux fixe, forcément rigide, alors qu’un taux révisable procure non seulement de la souplesse, mais aussi une économie sur le coût du crédit ? Certes, les taux fixes sont à des niveaux très faibles, mais les taux révisables sont encore plus bas et, dans une optique de revente à court ou moyen terme, cette stratégie peut être gagnante.

Pourquoi souscrire un prêt à taux fixe, forcément rigide, alors qu’un taux révisable procure non seulement de la souplesse, mais aussi une économie sur le coût du crédit ? Certes, les taux fixes sont à des niveaux très faibles, mais les taux révisables sont encore plus bas et, dans une optique de revente à court ou moyen terme, cette stratégie peut être gagnante. A condition toutefois d’opter pour un prêt à taux révisable capé, c’est-à-dire dont le taux ne pourra pas monter au-delà du cap fixé. Explications.

 

Comparons deux emprunts d’un montant de 150 000 euros sur 18 ans au départ, l’un consenti à taux fixe de 2,90 % avec une mensualité de 892,31 €, l’autre à taux révisable de 1,84 % capé 2  (c’est-à-dire avec une augmentation maximum de 2 %) avec une mensualité de 816,31 € les deux premières années et révisé ensuite selon l’évolution du taux de référence, mais ne pouvant donc jamais excéder 3,84 %. Nous avons privilégié trois scénarios : un scénario catastrophe, c'est-à-dire l’atteinte du taux plafond dès la 3e année du crédit ; un scénario moyen, c’est-à-dire avec un taux plafond à partir de la 4e année et enfin un scénario plus favorable avec un taux plafond atteint à partir de la 5e année (voir tableau joint). Conclusion, le choix d’un prêt à taux révisable supporte tout à fait la comparaison avec un taux fixe. Dans le scénario catastrophe, le remboursement anticipé du prêt reste intéressant avant 52 mois, dans le second cas, il l’est avant 77 mois et dans le 3e avant 102 mois. Preuve qu’un taux révisable est attractif en cas de remboursement anticipé et qu’il permet même, si l’évolution des taux reste plus favorable que nos trois scénarios et que le taux plafond est atteint beaucoup plus lentement, de réaliser de sérieuses économies sur le coût du crédit.

 

Une chose est sûre : même s’ils souscrivent généralement un prêt immobilier sur 15, 20 ou 25 ans, les emprunteurs qui achètent leur résidence principale pour la première fois sont, bien souvent, amenés à revendre plus tôt que prévu et à solder leur crédit avant l’échéance. Soit pour des raisons de mobilité professionnelle, soit pour des raisons familiales. Par exemple, lorsqu’un couple cherche à racheter plus grand pour accueillir un nouvel enfant... Résultat, dans l’ensemble, les primo accédants revendent leur bien entre 3 et 7 ans.

 

Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page