Cafpi - Météo de Mai

Immobilier: Les Emprunteurs retrouvent la solvabilité

3 mai 13
La BCE a annoncé ce jeudi 2 mai une baisse de 0.25% de son taux directeur. L'abaissement à 0.50% du taux directeur de la BCE n'aura pas beaucoup d'incidence sur les taux à long terme, qui sont déjà historiquement bas. En avril, Cafpi a décroché en Ile-de-France un taux d'interêt fixe à 2.33% pour un emprunt sur dix ans.

Toujours des niveaux historiquement bas : en avril, Cafpi a décroché en Ile-de-France un taux d’intérêt fixe à 2,33 % pour un emprunt sur dix ans. Le mois précédent, l’établissement le mieux disant proposait 2,39 %. Qui dit mieux ? Les conditions de marché restent donc exceptionnellement favorables pour les acquéreurs. Elles se vérifient aussi sur les taux à 15 ans et à 25 ans, tous deux inchangés sur un mois. Ces circonstances attractives vont perdurer, et cela, pour deux raisons. D’une part, il est pratiquement certain que l’on n’observera pas cette année de remontée de la courbe des taux. D’autre part, les prix du mètre carré sont en pente douce, et cela, pour un bon moment. Cette conjonction rare d’événements permet aux accédants de retrouver la solvabilité qu’ils avaient perdue.

 

La baisse des taux sur les dix-huit derniers mois est considérable : de l’ordre d’1 %. Dans certaines villes, le gain de pouvoir d’achat est tel qu’il permet, comme à Metz, de s’offrir pratiquement une chambre supplémentaire de quatorze mètres carrés. Même à Paris et à Lyon, où les prix continuaient pourtant de grimper jusqu’à une période récente, les acquéreurs ont pu s’offrir respectivement un et deux mètres carrés supplémentaires.

 

Cette aubaine était déjà là en avril. Mais d’un mois sur l’autre, la nouveauté réside dans le fait que de plus en plus de personnes prennent conscience du phénomène. C’est la raison pour laquelle, selon Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, « 2013 se présente sous de meilleurs auspices que 2012 ». Il s’inscrit en cela en faux contre les statistiques moins optimistes de certains observateurs. L’explication de la différence est toute simple : ces organismes s’appuient sur les transactions effectivement actées chez les notaires. Mais ces dernières ont entre deux et six mois de retard par rapport aux opérations recensées par Cafpi. Les statistiques du courtier sont en effet réalisées en temps réel, en prenant en compte les nouvelles demandes.

 

Pour autant, le millésime 2013 n’égalisera peut-être pas celui de 2011 qui fut une année exceptionnelle en termes de production de crédits. Mais c’est parce que cette année-là, les primo-accédants bénéficiaient d’aides à l’accession dans l’ancien qui n’existent plus désormais.

 

Or, on le voit bien actuellement, dans cette catégorie, les candidats fragiles ne profitent pas du climat favorable. Peut-être n’osent-ils pas demander d’aménagements à leur banque principale ? Sans doute cette dernière est-elle tenue par des règles de prudence. Mais pas forcément ! Souvent, ce sont des a priori qui paralysent les relations. Chacun reste campé sur ses interprétations : le client n’ose pas demander, et le conseiller n’ose pas proposer. Dans l’esprit de bien des personnes, la banque reste encore un lieu intimidant.

 

Rien de tel, pour surmonter cet obstacle, que de faire appel à un courtier. Non seulement ce dernier fait jouer la concurrence à la place du client final, pour obtenir des taux particulièrement avantageux. Mais il s’occupe également de toutes les démarches, compliquées et anxiogènes, de mise en place de crédit. En avril, Cafpi a négocié, pour ses taux les plus hauts, des montants qui sont restés inférieurs de 0,25 % à la moyenne du marché. Ses années d’expérience lui ont donné une connaissance approfondie de la politique des différents établissements prêteurs. En outre, Cafpi a su nouer un lien privilégié avec chacun des centres de décision dans les banques. Il connaît les arguments qui portent pour défendre les dossiers qui lui sont confiés et les faire aboutir aux meilleurs conditions, tant au niveau du taux que des autres aspects du crédit (prêts aidés, réglementation, assurance emprunteur, options du contrat…).

 

Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page