Communiqué de presse - FNAIM - Réaction de Jean-François BUET - Rapport Gallois

Immobilier : Jean-François Buet, Président-élu de la FNAIM, accueille avec consternation les propositions du rapport Gallois d’alourdir encore la fiscalité sur le logement.

6 nov. 12
Il y a, selon lui, un paradoxe dans les annonces gouvernementales. D’un côté, le Gouvernement affiche une volonté de répondre aux besoins réels de logement de nos concitoyens, de préserver l’emploi et le pouvoir d’achat. De l’autre, il annonce régulièrement qu’il souhaite alourdir encore la fiscalité immobilière qui aurait des effets inverses des objectifs annoncés.

Il y a, selon lui, un paradoxe dans les annonces gouvernementales. D’un côté, le Gouvernement affiche une volonté de répondre aux besoins réels de logement de nos concitoyens, de préserver l’emploi et le pouvoir d’achat. De l’autre, il annonce régulièrement qu’il souhaite alourdir encore la fiscalité immobilière qui aurait les effets inverses des objectifs annoncés.

 

Le logement est déjà très fortement imposé, dès  son acquisition (droits de mutation)  jusqu’à sa revente en passant par sa détention. Après les évolutions excessives des taxes d’habitation et taxes foncières, c’est maintenant l’augmentation de la TVA sur les travaux de rénovation et d’entretien, impôt sur le revenu foncier auquel s’ajoute la CSG de plus en plus forte, l’ISF revisité, pour finir avec la taxation des plus-values immobilières et des terrains devenus constructibles. Autant d’impôts et de taxes majoritairement revus à la hausse en 2012 et dans le PLF pour 2013.

 

Alourdir encore davantage cette fiscalité immobilière déjà bien confiscatoire, aboutirait inévitablement à anéantir un bon nombre de projets immobiliers alors que les besoins en  logements sont énormes, à plomber l’activité de nos  30 000 TPE et PME, à fragiliser plus de 200 000 emplois (sans compter les emplois induits)  et à paralyser encore un peu plus un secteur où on dénombre pour 2012 une baisse de près de 30 % de l’activité.  L’immobilier ne peut plus et ne doit  plus servir de variable d’ajustement budgétaire au Gouvernement.

 

Arrêtons le yoyo fiscal !

 


Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page