Communiqué de presse - ERA - Sondage Europe

Immobilier : Location et honoraires d'agence : le contre-exemple donné par nos voisins européens

5 juil. 13
Qui paye les honoraires de l’agent immobilier dans les principaux pays d’Europe continentale ? Quel est le montant de ces honoraires ? Existe-t-il des obligations de compte bancaire séparé pour la gestion des loyers et des dépôts de garantie versés par les locataires ? ERA, l'un des plus importants réseaux de franchise d'agences immobilières dans le monde et présent dans près de 50 pays, a posé ces questions dans 11 pays européens : Autriche, Belgique, Bulgarie, République Tchèque, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse et Turquie.

Au moment où Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, présente son projet de loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové), les réponses sont sans ambiguïté : rares sont les états à légiférer sur ces questions. Et ceux dont la législation est la plus exigeante à l’égard des propriétaires ne sont pas forcément ceux qui connaissent la détente sur leur marché locatif.


Qui paye les frais d’agence ?
C’est, de fait, le locataire dans presque tous les pays enquêtés. Un seul pays fait porter la charge des frais d’agence sur le propriétaire seul, comme veut le faire le projet de loi ALUR en France : le Portugal.


Quel est le montant des honoraires de location ?
Il est de l’ordre de 1 mois de loyer en France. Que répondent nos voisins européens ? Un mois de loyer pratiquement partout. Aucun n’est moins cher. En revanche, les Pays-Bas, la Turquie, la Suède et, surtout l’Allemagne (2 mois de loyers) sont plus chers.


Faut-il un compte bancaire séparé ?
L’obligation, pour les gérants, d’ouvrir un compte par immeuble ou part propriétaire pour permettre un suivi individuel des versements de loyers et des dépôts de garantie existe déjà, en Belgique et en Allemagne. Le projet de loi ALUR envisagerait de l’instaurer en France.


Aux Pays-Bas, il est prévu seulement le contrôle du compte unique par un tiers afin de protéger les déposants contre les risques de fraude ou de faillite. Ces risques sont couverts, en France, par la souscription obligatoire d’une assurance responsabilité civile professionnelle et d’une garantie financière. Un système efficace, si l’on en juge par l’extrême rareté des sinistres.

 

Contact - Carol Galivel - 01 41 05 02 02

plan du site mentions légales haut de la page