12 juil. 13

L’immobilier de prestige parisien : dans un contexte pourtant difficile, Barnes accroit ses parts de marché et affiche 80 ventes réalisées en juin

Alors que, selon les notaires, les transactions ont lourdement chuté, Barnes a réalisé 350 transactions sur Paris et en région parisienne au cours du 1er semestre 2013, contre 276 un an plus tôt.

« Après un mois de mai perturbé par les ponts, le mois de juin a été particulièrement actif, indique Thibault de St Vincent, président de Barnes. Sur ces trois départements, nous avons réalisé 80 ventes en juin, dont 58 au-dessus d’un million d’euros. Sur le secteur Paris-Neuilly, nous avons augmenté le nombre de nos transactions de 27 % et nos parts de marché de 9 % dans les ventes jusqu’à un million d’euros et de 20 % jusqu’à 2 millions d’euros ».

 

Des acheteurs à la recherche de biens exceptionnels

 

Dans son « carnet de commande », Barnes compte actuellement des demandes exceptionnelles et « sur-mesure » de la part de clients nationaux et internationaux :

 

> Un bel hôtel particulier d’environ 2 000 m², emplacement de premier choix, pour un milliardaire russe qui souhaite le transformer en musée privé pour y installer sa collection d’œuvres d’art.

 

> Un immeuble dans un secteur clé de la capitale, comme la Place Vendôme ou la Place de la Madeleine, pour un chef d’Etat étranger à la recherche de sa résidence privée.

 

> Un immeuble entier en vue de sa transformation en hôtel, pour un chef d’entreprise égyptien qui a déjà construit des hôtels dans les villes les plus prestigieuses à travers le monde.

 

> Trois hôtels particuliers aux caractéristiques bien précises et dans des budgets compris entre 10 et 15 millions d’euros, pour des personnalités françaises du CAC 40. 

 

 

 

 

Contact médias - Carol Galivel - 01 41 05 02 02