Communiqué de presse- Kngiht Frank - Marché mondial des bureaux : Paris tire bien son épingle du jeu

Immobilier : Marché mondial des bureaux : Paris tire bien son épingle du jeu

23 mai 12
Knight Frank vient de livrer son bilan du marché des bureaux à l’échelon mondial pour 2011 et ses perspectives d’évolution pour 2012. Une analyse riche d’enseignements et qui permet de dégager quelques faits marquants.   Une chose est sûre : en 2011 et début 2012, les marchés mondiaux de bureaux ont réagi aux incertitudes économiques liées à la crise. A des degrés divers.

Knight Frank vient de livrer son bilan du marché des bureaux à l’échelon mondial pour 2011 et ses perspectives d’évolution pour 2012. Une analyse riche d’enseignements et qui permet de dégager quelques faits marquants.

 

Une chose est sûre : en 2011 et début 2012, les marchés mondiaux de bureaux ont réagi aux incertitudes économiques liées à la crise. A des degrés divers. La demande de bureaux est toutefois restée soutenue aux Etats Unis, en  Europe  et en Chine. Et en France, Paris tire bien son épingle du jeu.

 

Loyers des bureaux : Paris en 3e place européenne et en 5e place mondiale

Au plan de la location de bureaux, l’Europe demeure le continent qui affiche, globalement, les loyers les plus élevés au monde. Hong-Kong remporte toujours la palme mondiale avec un loyer moyen de 1 248 €/m²/an. Juste derrière la métropole asiatique, le West-End de Londres affiche des loyers à 1 188 €/m²/an, les plus chers d’Europe. Moscou arrive ensuite avec un loyer moyen à 926 €/m²/an.

 

Paris se classe au 3e rang européen et s’installe en 5e position des villes les plus chères au monde. En 2011, les loyers haut de gamme des bureaux parisiens ont, en effet, atteint 830 €/m²/an sur le Quartier Central des Affaires et le 7e arrondissement. Ils se stabilisent en ce début 2012 après une des plus fortes progressions à l’échelon européen (11 % sur un an entre 2010 et 2011). Seule Stockholm a fait mieux sur le vieux continent.

 

Notons également que, avec un loyer moyen de 535 €/m²/an, Manhattan figure au rang des places « bon marché », comme toute l’Amérique du Nord. L’Afrique, de son côté, voit émerger de nouveaux champions. C’est par exemple le cas de Lagos au Nigeria qui bénéficie du « boom » pétrolier.

 

Pour Knight Frank, contrairement à l’Asie qui devrait connaître un tassement des loyers haut de gamme en 2012, le continent européen conserve une marge de progression non négligeable.

 

Paris championne des surfaces de bureaux consommées en Europe

Preuve de l’attractivité de son marché, Paris détient la première place européenne en matière de surfaces occupées, même si l’on ne considère que sa zone centrale, c’est-à-dire Paris intramuros et La Défense. Sur l’ensemble de l’Ile-de-France, la consommation de bureaux a progressé de 14% sur un an avec un total de 2,4 millions de mètres carrés loués en 2011. Selon Knight Frank, cette progression s’explique, en partie, par la bonne santé des très grandes transactions (celles de plus de 20 000 m²) au cours de l’année 2011.

 

A l’échelon européen, Knight Frank estime que la tendance est plus contrastée. Si de bonnes performances sont enregistrées en Europe centrale et orientale, des marchés plus matures, comme Madrid, Francfort ou Bruxelles affichent des résultats plus décevants. Londres, pour sa part, connaît une baisse sévère de son activité. Ses transactions de plus de 5 000 m² ont, en effet, chuté de moitié en 2011 par rapport à 2010.

 

 

Paris enregistre le plus faible taux de vacance

Si Paris conserve le plus faible taux de vacance de toutes les grandes métropoles européennes, de l’ordre de 7 % depuis le début de 2010 et moins encore sur le Quartier Central des Affaires (4,6 %), force est de constater que d’autres marchés, à l’image de Prague, sont beaucoup plus volatils, enregistrant des taux de vacance de 10 à 14 % au cours de la même période. En Espagne, cette vacance continue d’augmenter. A Madrid, elle a atteint 12 % fin 2011. Dublin, quant à elle, détient le record des villes qui affichent le taux de vacance le plus élevé du continent européen : plus de 20 %.

 

Paris en 2e position de l’investissement en immobilier d’entreprise

Avec 19,2 milliards d’euros investis en 2011 (pas moins de 8,3 milliards d’euros rien qu’au dernier trimestre), Londres conserve sa place de leader européen en matière d’investissement en immobilier d’entreprise. Paris vient en deuxième position, avec 11,9 milliards d’euros, loin devant Moscou qui prend la 3e place, bien que son marché soit trois fois moins important que celui de Paris.

 

Paris a connu une légère compression des taux de rendement en début d’année 2011, témoignant de son attractivité. Ces taux se sont toutefois stabilisés en cours d’année en raison du contexte d’incertitude économique. Knight Frank constate que cette stabilisation prévaut globalement partout en Europe.

 

 Contact médias - Carol Galivel - 01.41.05.02.02

plan du site mentions légales haut de la page