Communiqué de presse - Barnes - Le Viager, une stratégie patrimoniale adaptée à l’immobilier de prestige

Le Viager, une stratégie patrimoniale adaptée à l’immobilier de prestige

18 avr. 14
Si l’immobilier est un investissement, le viager* apparait désormais comme une véritable stratégie patrimoniale. En tant que spécialiste des biens de prestige, Barnes se devait d’apporter son savoir-faire et sa signature élégante dans ce segment de marché pour satisfaire les demandes de sa clientèle avisée et exigeante.

Si l’immobilier est un investissement, le viager* apparait désormais comme une véritable stratégie patrimoniale. En tant que spécialiste des biens de prestige, Barnes se devait d’apporter son savoir-faire et sa signature élégante dans ce segment de marché pour satisfaire les demandes de sa clientèle avisée et exigeante.

 

Le viager* s’impose comme une option pertinente pour tous ceux qui possèdent plusieurs résidences,  bénéficient d’une adresse prestigieuse comme cet appartement parisien, ou encore dans les lieux de villégiature très prisés dans lesquels le viager est désormais un véritable investissement financier.

Appartement rénové de 235m² avec un toit terrasse de 250m² offrant une vue sur la Tour Eiffel estimé à près de 6 millions dans le cas d’une vente classique. A vendre en viager occupé avec un bouquet de 1 275 000 € et  une rente sur deux têtes à 10 000 € / mois pendant les 10 premières années puis 6 000 € /mois au-delà.

 

Des avantages patrimoniaux et fiscaux pour le vendeur

 

Avec le bouquet*, le vendeur dispose immédiatement d’une somme d’argent qu’il peut utiliser à sa convenance. Le bouquet peut également servir à payer l’impôt sur la plus-value éventuelle si le bien n’est pas la résidence principale du vendeur.

 

La rente mensuelle est indexée (sur l’indice des prix à la consommation, par exemple) et fait l’objet d’une révision annuelle, ce qui préserve le pouvoir d’achat du crédirentier. La rente est imposable sur le revenu, mais en partie seulement. Si le vendeur est âgé de plus de 70 ans au jour de la vente, seuls 30% de la rente sont imposables (et assujettis aux prélèvements sociaux au taux actuel de 15,5%).

 

Impôt sur la fortune. Autre avantage, si le crédirentier est redevable de l’ISF, ce n’est plus la valeur en pleine propriété du bien qui entre dans l’assiette de calcul de cet impôt, mais la valeur en capital de la rente viagère. Plus il avance en âge et plus cette valeur diminue.

 

Un placement attractif aussi pour l’acquéreur

 

Le viager occupé est l’opportunité, pour le débirentier, de se constituer un patrimoine avec un important rabais sur le prix et un paiement échelonné dans le temps. Certes, il existe un aléa sur la durée de vie du crédirentier, élément fondamental de la validité même du contrat de viager. Mais il lui est possible de souscrire une assurance couvrant le risque de surlongévité du vendeur.

 

Le viager libre ouvre d’autres perspectives à l’acquéreur. Il peut en faire son logement ou bien le mettre en location et percevoir des loyers. Il disposera ainsi d’un complément de ressources pour payer la rente (celle-ci n’étant toutefois pas fiscalement déductible des revenus fonciers).

 

Expertise indispensable. Barnes apporte son expertise pour conseiller les personnes intéressées pour vendre ou pour acheter en viager afin de conserver un certain standing ou d’investir dans un appartement ou une maison à fort potentiel.

 

*Une vente entre un crédirentier et un débirentier

 

Le viager immobilier consiste à vendre un bien dont le prix est transformé, en totalité ou en partie, en rente payée pendant toute la vie du vendeur. Une partie du prix, appelée « bouquet », peut être payée comptant au moment de la vente. Il existe deux types de viager :

 

Le viager occupé. Le vendeur (crédirentier) continue d’habiter le logement. Le prix de vente correspond alors à la valeur du bien dont est déduit le montant estimé du droit d’usage et d’occupation. Celui-ci est fonction de l’âge du crédirentier au moment de la vente.

 

Le viager libre. Le crédirentier ne conserve pas l’usage du bien, qu’il cède intégralement à l’acquéreur (crédirentier). Le prix de vente correspond alors à la valeur entière du bien, comme dans une vente classique. Il est payé sous forme de bouquet et/ou de rente viagère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact médias: Carol Galivel - 01 41 05 02 02

plan du site mentions légales haut de la page