DencoHappel CTA Louvre

DencoHappel installe deux centrales de traitement d’air au musée du Louvre

3 avr. 17

Relations presse immobilier
Contact médias : Carol Galivel - 01 41 05 02 02

DencoHappel a fourni au musée du Louvre deux centrales de traitement d’air (CTA).

 

Dans l’aile Richelieu

DencoHappel installe deux

deux centrales de traitement d’air au musée du Louvre

 

 

DencoHappel a fourni au musée du Louvre deux centrales de traitement d’air (CTA). Chacune, reliée à 48 armoires de traitement d’air, assure un débit de 60 000 m3 par heure pour offrir 20 000 m2 en air neuf, afin de garantir le confort des visiteurs et la protection des œuvres exposées. Situées dans l’aile Richelieu, les CTA apportent de l’air neuf aux collections d’objets d’arts, de peintures françaises et espagnoles.

Avec plus de 7 millions de visiteurs par an, le musée est obligé de contrôler de très près la qualité de l’air et l’humidité pour protéger les collections.

Afin d’obtenir une hygrométrie stable, la déshumidification de l’air est assurée, en été, par batterie froide, composée de tubes en cuivre et d’ailettes en aluminium, et l’humidification en hiver est réalisée par un humidificateur à pulvérisation d’eau de plus de 2 mètres.

Le Louvre était à la recherche d’une solution « tout air neuf » lui permettant d’éviter les variations de températures extérieures et de bénéficier d’une hygrométrie stable pour la conservation des œuvres (19°C en hiver avec 50% d’hygrométrie et 25°C en été avec 50% d’hygrométrie). Le raccordement aux armoires de traitement d’air permet alors un traitement différencié et de précision en fonction des œuvres exposées dans les salles (bois, marbre, ou bronze).

En raison des contraintes d’accès - le musée accueille ses visiteurs en journée et le stationnement aux abords du Louvre est interdit - la livraison des CTA a été effectuée de nuit. Chacune des deux CTA mesure 7 m de long, pour une hauteur de 2,40 m et une largeur de 3,5 m. De par leur grande dimension, l’acheminement des CTA par un passage étroit, a obligé leur découpage par tranche de 70 à 80 cm. Elles ont été acheminées au fur et à mesure dans le local technique, et remontées sur site. Une tâche ardue dans un palais classé monument historique dont certains lieux peuvent être exigus : les batteries en cuivre alu ont ainsi dû être coupées en deux et les ventilateurs démontés afin pouvoir entrer dans le local technique.

plan du site mentions légales haut de la page