Fichier joint

L’immeuble Ampère e+ consacre l’innovation à chaque étage

22 juin 17

Relations presse immobilier
Contact médias : Carol Galivel - 01 41 05 02 02

Dans le quartier de la Défense, l’immeuble Ampère e+ accueille le nouveau siège social de Sogeprom, septième promoteur français. Il témoigne de la volonté de Pierre Sorel, son Directeur Général, d’appuyer son développement sur l’innovation.

Nouveau siège social de Sogeprom,

Dans le quartier de la Défense, l’immeuble Ampère e+ accueille le nouveau siège social de Sogeprom, septième promoteur français. Il témoigne de la volonté de Pierre Sorel, son Directeur Général, d’appuyer son développement sur l’innovation. La preuve en six exemples :

-Un pilotage maîtrisé de l’énergie du bâtiment Ampère e+ est le premier immeuble de bureaux en France à avoir été conçu selon le principe d’éthique environnementale « cradle  to cradle » ( littéralement, du berceau au berceau). Il peut ainsi se résumer : pollution zéro, réutilisation 100%. De fait, il est le premier en Europe à être équipé de la technologie du BEMS (Building Energy Management System).

Renault, UTRC et Bouygues Energie & Services s’étaient réunis dans un programme de recherches intitulé ELSA. La mise en commun de leurs savoir-faire a permis cette innovation de taille : faire en sorte que les bâtiments puissent subvenir par eux-mêmes à leur consommation.

L’énergie provient de sources aussi diverses que les panneaux photovoltaïques posés sur le toit ; mais le freinage des ascenseurs est également mis à contribution ! Comme l’énergie peut être stockée, elle est utilisée à des moments spécifiques de la journée. Elle est ainsi sollicitée durant les périodes de forte demande en électricité.  A l’inverse, durant les périodes creuses, elle est emmagasinée. Grâce ici aussi, à une innovation étonnante : le stockage par la réutilisation de batteries de voitures électriques (voir ci-dessous).

-Une seconde vie pour les batteries de voitures électriques.  C’est le fruit du partenariat avec Renault. Le constructeur sait que les batteries voient leur capacité s’amenuiser au fur et à mesure qu’elles sont souvent rechargées. C’est pourquoi il les change lorsqu’elles atteignent  80% de leur capacité d’utilisation. Mais dans l’optique de piloter l’énergie des immeubles, une opportunité de leur donner une seconde vie est apparue. Elles ont alors pris le nom de B4B (batteries for building).

-Quand les ascenseurs se mettent à produire de l’énergie… Un partenariat avec Otis a mis en évidence que les ascenseurs génèrent une énergie qui, elle aussi peut être récupérée. L’occasion se présente à trois moments : au freinage, à la montée avec une faible charge, et à la descente, avec une charge importante. Cette énergie, pilotée par le BEMS, puis stockée dans les batteries B4B, a vocation à être utilisée pour répondre aux besoins du bâtiment et lui permettre là aussi de s’effacer du réseau public.

 

 

-De l’air pur, sans allergènes ni mauvaises odeurs ! Dans tout le quartier de La Défense, les salariés de Sogeprom seront sans doute les mieux protégés de la pollution ; à l’extérieur, la terrasse est aménagée en espace d’agriculture urbaine. Ensuite, l’air intérieur peut être intégralement renouvelé. Il suffit d’une heure pour qu’un espace de 15 mètres carrés soit régénéré, grâce à un système de ventilation et de filtration de l’air ultra-performant.

Par ailleurs, des bio organismes ont été brumisés dans les bureaux pour se déposer sur toutes les parois et supports intérieurs. Ils ont été conçus en s’inspirant de l’écosystème des forêts. Inoffensifs, ils permettent de rétablir l’équilibre biologique et du coup, d’effacer les mauvaises odeurs chimiques, ainsi que les substances allergisantes. La startup belge BioOrg est à l’origine de cette invention, si appréciable au quotidien. En termes de bio diversité, une salle de réunion de 25 personnes est équivalente à un chêne adulte dans une forêt.

-Fini les téléphones fixes sur les bureaux, place aux smartphones qui font aussi le café ou les photocopies. Fruit d’un partenariat avec Schneider Electric, l’application M2C remplace bon nombre des attributs traditionnels d’un salarié : le badge d’accès au parking et aux bâtiments, le paiement du RIE et de la cafétéria, la télécommande pour moduler la lumière, baisser les stores, régler la température, régler son café à la machine à café, le logiciel pour réserver les salles de réunions, l’accès à la photocopieuse, et bien sûr le téléphone. Tout cela est remplacé par un seul et même smartphone de la dernière génération aux multiples applications. Outre celles précédemment citées, on y retrouve les informations sur le trafic, l’annuaire Sogeprom, la disponibilité des salles de réunions ou des bulles de travail, et bien d’autres services à venir…

Des luminaires connectés à Internet Dès 2014, Sogeprom a été la première entreprise de La Défense à être équipéede prototypes Lifi (Light Fidelity). Cette technologie de communication par la lumière LED permet d’échanger des données entre un ordinateur et un luminaire. Dans une salle de réunion, un salarié peut donc travailler comme s’il était à son bureau, devant son ordinateur, alors qu’il communique via un dispositif d’éclairage !

Toutes ces inventions sont aussi le fruit d’une innovation, managériale celle-là, qui est notamment fondée sur l’esprit collaboratif.  Ainsi des entreprises de secteurs différents ont su travailler main dans la main sur des projets précis. Mais l’esprit d’équipe est aussi stimulé en interne, de même que la créativité des collaborateurs. Cela se traduit par un agencement spécifique des espaces, et la place réservée à l’art et au design. Enfin, il faut absolument voir le bureau du Pierre Sorel, le Directeur Général de Sogeprom.  Jamais un patron dit d’une société traditionnelle n’avait été installé comme un créateur de start-up. Et c’est un promoteur immobilier qui donne ainsi l’exemple et ouvre la voie ! Nouveaux modes de travail, nouveaux aménagements des plateaux : les startups et autres « French Techs » n’ont plus le monopole des bureaux 3.0…

 

plan du site mentions légales haut de la page